Une étude microgravimétrique devrait souvent permettre de localiser et délimiter les zones suspectes. Les précautions à prendre pourront ainsi être réalisées bien à l’amont du projet.

Il existe en général 2 types de cavités, auxquelles on peut être confrontés. Les cavités naturelles de type karstiques et les cavités anthropiques, qui résultent d’une activité de l’homme. Dans ces 2 types de cavités, il existe une multitude de possibilités, en terme de volumes.  


Les cavités d'origine naturelle 
Pour les cavités naturelles, les origines sont dans pratiquement tous les cas, une érosion par la circulation souvent sub – horizontale des eaux dans des formations géologiques particulières, qui abouti à une dissolution locale et orientée de cette formation. C’est le cas des grottes, gouffres, avens et autres phénomènes qui sont parvenus à la formation des vides localisés parfois très importants.  
Pour ces cavités naturelles, ces phénomènes de dissolutions, érosions ou entraînements des matériaux, restent toujours en action et sont évolutifs dans le temps. Suivant les formations géologiques, cette évolution est plus ou moins active et donc rapide.  
 
Les cavités anthropiques 
Ces cavités sont le résultat d’une activité humaine. Ce sont généralement des exploitations de minéraux divers, qui se situent relativement proches de la surface. Elles revêtent des formes diverses, que l’on peut classer en quelques catégories. Leurs origines peuvent se situer dans une période relativement proche, voire entre cent et deux cents ans.  
Il n’est cependant pas à exclure des périodes d’exploitation plus anciennes. Pour les cathédrales réalisées au moyen âge, les pierres ont été extraites localement à cette époque. ou de marnes pour fertiliser les cultures. Elles sont situées dans une période qui s’étale entre la renaissance et le milieu du siècle passé. Les sapes de guerre 1914-1918 constitue un autre type de cavités. A l’heure actuelle, ils sont à craindre, à proximité des anciennes lignes de front où subsistent ces vides non répertoriés.